Dimanche 26 Mai 2019
  • Slideshow 001
  • Slideshow 002
  • Slideshow 003
  • Slideshow 004
  • Slideshow 005
  • Slideshow 006

Question d’un fabricant de cuisines concernant la mise à la terre des plans

Question d’un fabricant de cuisines concernant la mise à la terre des plans de travail en acier inox ou aussi aux mises à la terre de canaux métalliques :

 « Lors de contrôles d'installations électriques, j'ai souvent rencontré le problème que les cuisines en acier inox n'étaient pas équipées de conducteur de protection. En tant que fabricant leader de cuisines, nous travaillons aussi avec des plans de travail en inox (ACN, voir ci-dessous).

La question suivante s'est posée : Un plan de travail ACN doit-il être mis à la terre ? (Acier Chrome-Nickel) J'aimerais clarifier correctement cette question. Peut-être pourriez–vous m'apporter votre aide. Ce thème a déjà fait l'objet de nombreuses discussions dans notre entreprise. Malheureusement, jusqu'à aujourd'hui, personne n'a pu me dire exactement comment juger en pareils cas. J'espère que vous pourrez m'apporter votre aide à ce sujet. »


Réponse de l'ESTI

Mise à la terre de plans de travail en acier inox : Que nous dit la norme ?

NIBT 4.1.0.3.2.

Un mesure de protection doit se composer de : – la combinaison judicieuse de deux dispositions de protection indépendantes, à savoir une disposition de protection principale (protection contre les contacts directs) et une disposition de protection en cas de défaut (protection contre les contacts indirects), ou – une disposition de protection (isolation double ou renforcée) qui assure la protection principale (protection contre les contacts directs) et la protection en cas de défaut (protection contre les contacts indirects).

La protection complémentaire est fixée comme partie d'une mesure de sécurité dans des conditions d'influences externes et dans des locaux déterminés (2.7 E+C).

.9 Les dispositions pour la protection en cas de défaut (protection contre les contacts indirects) tombent pour les matériels suivants : – les masses qui de par leurs faibles dimensions (environ 50 mm x 50 mm) ou leur disposition ne peuvent être entourées ou être en contact significatif avec une partie du corps humain, à condition que la liaison avec un conducteur de protection ne puisse être établie que difficilement ou qu'elle ne soit pas fiable. Cette exception s'applique, par exemple, aux boulons, rivets, plaques signalétiques, passe-câbles à vis et fixations de câbles.

- les tubes métalliques et autres enveloppes métalliques qui protègent des matériels avec isolation double ou renforcée (4.1.2 E+C).

4.1.1.3.1.2 Liaison équipotentielle de protection (liaison équipotentielle principale) Voir aussi info 2047c Electrosuisse

Dans chaque immeuble, le conducteur de terre et les parties suivantes conductrices doivent être reliés à la liaison équipotentielle de protection par la barre de terre principale (E+C) : – les conduites métalliques de systèmes de distribution qui sont introduites dans des immeubles, par exemple pour le gaz ou l'eau ; – les parties conductrices étrangères de la construction, pour autant qu'elles soient atteignables lors d'une utilisation normale ; – les systèmes métalliques des systèmes de chauffage central et de climatisation ; – les renforcements métalliques de construction de l'immeuble en béton armé (aciers d'armature), pour autant que cela soit possible et important du point de vue de la sécurité.

Là où de telles parties conductrices ont leur point de départ en dehors de l'immeuble, elles doivent être reliées entre elles le plus près possible de leur introduction dans l'immeuble. Les liaisons équipotentielles de protection doivent correspondre aux dispositions 5.4. Les gaines métalliques des câbles et de lignes de télécommunication doivent – en tenant compte des exigences des propriétaires ou exploitants de ces câbles et lignes – être reliées à la liaison équipotentielle de protection (5.4.4 E+C).

multiplication_ZPA

Télécharger l'article au complet