Samedi 20 Juillet 2019
  • Slideshow 001
  • Slideshow 002
  • Slideshow 003
  • Slideshow 004
  • Slideshow 005
  • Slideshow 006

Aucun renversement de tendance pour les accidents électriques en 2009 !

Un regard sur les statistiques des accidents électriques en 2009 montre qu'aucun renversement de tendance n'est en vue. La branche de l'électricité a malheureusement subi un recul sévère l'an dernier. Le rapport révèle comment et pourquoi ces accidents parfois épouvantables surviennent régulièrement.

L’électricité représente un danger qu’on ne peut ni voir, ni entendre, ni remarquer, ni sentir, ni goûter. Quand un accident survient, les douleurs et les conséquences en sont d’autant plus tragiques.

Un regard sur les statistiques des accidents

Il est frappant de constater que le nombre des accidents de travail d’origine électrique a augmenté en 2009. Le chiffre absolu de 130 accidents est le plus haut enregistré en 16 ans. L’augmentation ne dépend pas des groupes de personnes, de la formation ni de l’âge des personnes accidentées. Les raisons sont diverses et pas très faciles à interpréter.

Une progression est enregistrée pour les accidents dits bénins avec arrêts de travail < 3 jours. La nouveauté est que de plus en plus d’accidents ont lieu pendant les mois plus froids, d’octobre à mai. La tendance que les accidents se produisent dans les installations électriques à basse tension ne change pas, et est même en augmentation. Nous avons malheureusement enregistré en 2009 huit accidents mortels – quatre professionnels et quatre non professionnels.

stats_accidents_illustration1

Les causes

Les enquêtes sur les accidents ont montré aussi l’an passé qu’avec une application correcte des 5 règles de sécurité presque la moitié de tous les accidents du travail d’origine électrique auraient pu être évités. Et l’autre moitié aurait pu être évitée grâce à un encadrement conséquent par les supérieurs, car les causes relevaient principalement de questions d’organisation (figure 2).

stats_accidents_illustration2

Le fait que les accidents électriques ne sont pas provoqués par des individus se confirme par la constatation que l’organisation et l’environnement figurent comme étant la cause des accidents pour environ 40 %. Dans un peu moins de la moitié des accidents, les causes sont à attribuer aux installations et aux matériels car on découvre encore des installations en mauvais état et des appareils mal entretenus (figure 3).

stats_accidents_illustration3

Conséquences

Même si la plupart des accidents se produisent dans une installation à basse tension avec passage du courant, les conséquences sont largement plus graves avec des courants de court-circuit élevés

Dans de telles installations, cela peut conduire à d’énormes brûlures provoquées par l’arc. Il s’agit ici d’appliquer de façon conséquente les mesures de prévention des accidents prescrites dans l’ordonnance sur le courant fort.

Cela signifie : n’exécuter aucun travail sans ordre écrit et sans un personne responsable de la sécurité. De la même façon  le port de l’équipement de protection individuelle (EPI) est le garant d’une protection personnelle contre les effets de l’arc. A ce propos, l’ESTI a publié les directives Activités sur des installations électriques ESTI 407.0909.

La formation et le perfectionnement des professionnels de l’électricité et l’expérience jouent un rôle déterminant dans  prévention des accidents électriques.

Si la branche veut réduire les accidents électriques, la seule solution est une application conséquente de toutes les règles et mesures de sécurité connues. L’électricité n’est dangereuse que dans la façon dont elle est utilisée.

Que les personnes qui s’impliquent activement pour une électricité sûre soient remerciées.

Un rapport détaillé sur les statistiques des accidents avec des exemples concrets est publié sur le site www.esti.admin.ch > Services > Sécurité dans l’utilisation de l’électricité > Statistique des accidents.

L’ESTI vérifiera de plus en plus lors de ses contrôles l’organisation interne de l’entreprise. A cela s’ajoute également le concept de sécurité avec les formations correspondantes. En collaboration avec la Suva, des contrôles seront faits pour vérifier l’existence et le port de l’EPI.

Dario Marty, ingénieur en chef

Source : http://www.esti.admin.ch/files/aktuell/bull01_11_Unfaelle2009_F.pdf